MISE EN JEU

Création : 2017

Durée : 1h15

press to zoom
IMG_3365
IMG_3365

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/13

Distribution

MeS : Angèle Junet

Interprétation : Léa De Saint Jean, Lucie Coquet, Marion Commarmond et Angèle Junet

Calendrier

- Mercredi 26 Avril 2017, MJC Amplepuis

- Jeudi 1er, 15 et 29 Juin 2017, Juin à Jardin à Tarare

- Vendredi 28 juillet 2017, à 20h00 au Centre aéré Saint Claude Huissel (Amplepuis)

- Vendredi 16 Février 2018, MJC Amplepuis

- Vendredi 23 Février 2018 Les Olmes

- Vendredi 23 Mars 2018, Cours la ville

- Vendredi 30 Mars 2018, Thizy

Résumé

Mise en Jeu est un grand jeu chorégraphique composé de 3 danseuses et d’une comédienne qui prennent la scène pendant 1 heure pour amuser le public.

Pour leur dernière création, les Mères tape-dur jouent avec les limites tant et tellement qu’on ne sait plus où commence la scène et où s’arrête le spectacle. 

Angèle et Marion se sont interrogées sur le jeu. Les jeux entre soi et soi, les jeux entre soi et les autres, les jeux conscients et les jeux inconscients. Mise en jeu, est avant tout un spectacle d'improvisation dansée et théâtrale, mais c'est aussi un espace de réflexion sur nos propres jeux. 

Intentions

Mise en Jeu est né d’une façon assez inattendue… Les Mères tape-dur se sont interrogées sur le lien entre l’improvisation théâtrale et l’improvisation dansée. Dans l’une comme l’autre, il s’agit d’être dans le présent, de lâcher prise et de créer sur l’instant. Mais comment élargir la palette des danseurs-improvisateurs avec les outils des comédiens-improvisateurs ? C’est cette question qu’Angèle et Marion se sont posée.

Après des expérimentations plus ou moins surprenantes, elles en ont déduit que le principal en improvisation était de s’amuser, de se lâcher et de se laisser entraîner par le jeu.

La notion de Jeu est alors apparue comme essentielle dans ce travail : Le jeu scénique, le jeu de l’improvisateur, le jeu entre les spectateurs et les artistes, le jeu dans les relations humaines et le jeu avec soi-même.

Elles ont nourri leur création avec le Jeu. Tout d’abord les jeux avec soi-même : Les complexes physique, la honte, l’image de soi ; et puis les jeux dans les relations humaines : Les rôles qu’on tient selon les personnes avec qui on est (Le triangle de Karpman : victime-sauveur-persécuteur) ; et enfin le jeu, le vrai, celui des comédiens sur le plateau, celui des artistes et spectateurs.

Elles ont passé au crible cette notion de Jeu et en ont fait un spectacle improvisé et participatif.